À paraître

On s’est battu·es pour les gagner

Histoire de la conquête des droits en France

Mathilde Larrère

Illustrations de Fred Sochard

De la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen en 1789 à la constitutionnalisation de l’IVG en 2024, Mathilde Larrère nous plonge dans l’histoire de nos droits et des luttes qui les ont conquis.

Voter, vivre et travailler dignement, s’instruire, s’associer, publier librement, manifester, avorter… Tous ces droits — et bien d’autres encore — sont le fruit de longs combats contre ceux qui les entravent pour préserver leurs privilèges ou leurs intérêts. L’histoire de la conquête de nos droits montre comment chacun d’entre eux a été arraché, dans la rue, sur les barricades, dans les journaux, sur les piquets de grève. L’historienne Mathilde Larrère retrace les avancées (et les reculs) de ces luttes émancipatrices — jusqu’aux revendications les plus contemporaines.

Elle met au cœur de son récit leur caractère collectif, racontant les anonymes qui les ont portées, ensemble, autant que les personnages qui les incarnent. L’histoire des droits humains, politiques et sociaux des travailleurs et travailleuses, des femmes, des minorités sexuelles et des étrangers est aussi celle de la société française de la Révolution française à aujourd’hui. Les luttes ne sont jamais terminées et si les victoires se font parfois attendre, c’est grâce à elles que la société évolue pour viser à rendre réelle la belle devise des révolutionnaires : liberté, égalité, fraternité.

« On s’est battu·es pour les gagner, on se battra pour les garder ! »

Mathilde Larrère est enseignante-chercheuse en histoire, spécialiste des mouvements sociaux et des questions de citoyenneté en France au XIXᵉ siècle. Elle enseigne à l’université Gustave-Eiffel ainsi qu’à l’Institut d’études politiques de Paris et intervient régulièrement dans des universités populaires et des formations syndicales. Elle est membre du conseil d’administration du Fonds pour la presse libre. Elle a déjà publié aux éditions du Détour Guns and Roses Les objets des luttes féministes (2023), Rage against the machisme (2020), Il était une fois les révolutions (2019) et Des intrus en politiques Femmes et minorités : dominations et résistances (2018).

Le livre est illustré par Fred Sochard, qui dessine également pour la presse et la jeunesse.

Parution : 29 août 2024
Genre : Essai
Domaine : Histoire
Livre : 19,90 € TTC
Format : 14 x 20 cm, broché
ISBN : 978-2-38532-056-0

 

Un peuple et son football

Une histoire sociale

François da Rocha Carneiro

« La France n’est pas un pays de football », entend-on souvent… Vraiment ? Souvent dénigrée par les élites, la culture populaire associée à ce sport existe pourtant bel et bien.

Le football a forgé dans un même mouvement l’histoire populaire de la France et celle du sport lui-même : en plus de cent vingt ans, c’est toute une identité qui s’est structurée autour de ses compétitions, ses événements mythiques, ses rituels, ses drames et ses enfants-prodiges.

Après ses premiers pas bourgeois en France au XIXᵉ siècle, la pratique masculine du football en a fait le sport du peuple. Si tous les clubs emblématiques se sont construits sur la ferveur de leurs supporters, certains d’entre eux — comme le FC Sochaux — ont aussi prospéré sous la coupe d’entreprises dont les patrons étaient désireux d’être associés à cette culture prolétaire. Ce livre met en lumière les légendes populaires, ouvrières et immigrées qui ont traversé l’histoire de ce sport, jusqu’à incarner, parfois, l’identité d’une ville.

L’auteur n’omet rien des conflits de classe que ces récits révèlent. Les footballeurs sont des personnalités publiques qui, encore aujourd’hui, se revendiquent du peuple, qu’on aime ou qu’on exècre. Trop populaires pour certains, ils sont confrontés au racisme, aux exigences de masculinité et aux soupçons de n’être au fond que de la « racaille ». Il est également reproché à cette élite sportive son rapport à l’argent. Ce livre raconte un pays où le football unit les foules, bien au-delà des stades, incarnant en cela une culture et un fait social majeur.

Docteur en histoire contemporaine et chercheur associé au CREHS (Université d’Artois), François da Rocha Carneiro est spécialiste de l’équipe de France de football, dont il étudie les matchs et les joueurs depuis sa création en 1904. Il a déjà publié aux éditions du Détour Les Bleus et La Coupe — De Kopa à Mbappé (2020) et Une histoire de France en crampons (2022). 

Parution : 19 septembre 2024
Genre : Essai
Domaine : Histoire sociale
Livre : 19,90 € TTC
Format : 14 x 20 cm, broché
ISBN : 978-2-38532-060-7

 

La Terreur masculiniste

Stephanie Lamy

En réaction aux avancées féministes, partout dans le monde, des hommes radicalisés se livrent à des actions violentes pour entraver l’émancipation des femmes et des minorités.

Les pouvoirs publics peinent à identifier les idéologies masculinistes pour ce qu’elles sont : un ensemble de thèses conspirationnistes participatives, qui peuvent motiver des individus ou des groupes au passage à l’acte violent, aussi bien dans la sphère privée (violences domestiques) que publique (violences sexuelles, harcèlements massifs en ligne jusqu’à des attentats meurtriers) et dont l’objectif est de reconsolider la domination masculine.

Le livre dresse un panorama de ces groupes antiféministes, avec leur diversité, leur organisation, leurs business, leurs soutiens, leurs moyens d’action (notamment via les Gafam), la manière dont ils s’articulent avec d’autres courants antidémocratiques. Il étudie aussi les mécanismes par lesquels leur dangerosité est minorée : « pères privés d’enfants », « misère sexuelle », « éternels éconduits »… Il montre enfin que derrière ces profils d’hommes violents et qu’on croit marginaux s’est développé un courant de pensée politique dangereux, centré sur la quête du monopole des pouvoirs.

Stephanie Lamy affirme qu’il est urgent d’agir contre l’idéologie masculiniste, profondément mysogine, et de revoir nos politiques sécuritaires à cette aune.

Stephanie Lamy est spécialiste des guerres de l’information et militante féministe. Elle enquête sur les opérations de désinformations et conseille ceux qui souhaitent s’en prémunir. Elle est cofondatrice de danaides.org, ONG qui développe des outils de mobilisation collective sûrs à destination des civils en zone de conflit. Elle a déjà publié aux éditions du Détour Agora toxica — La société incivile à l’ère d’internet (2022).

Parution : 3 octobre 2024
Genre : Essai
Domaine : Féminisme
Livre : 17,90 € TTC
Format : 14 x 20 cm, broché
ISBN : 978-2-38532-052-2