À paraître

Pour un revenu de base universel

Vers une société du choix

Mouvement français
pour un revenu de base (MFRB)

Préface de Cynthia Fleury

Ce livre questionne la grande idée du revenu de base universel, levier puissant pour l’émancipation individuelle et collective.

L’idée d’un revenu pour tous est ancienne. Il simplifierait l’administration, règlerait certains problèmes de précarité, faciliterait la liberté de choix… Versé à toutes et tous, de la naissance à la mort, sur une base individuelle, sans contrôle des ressources ni contrepartie, il nous offre de penser une société plus juste et plus sûre.

Mais c’est un projet complexe, objet de nombreuses variantes, et faisant parfois le lit de ceux qui veulent se débarrasser de nos mécanismes d’entraide. Le MFRB nous propose un tour d’horizon de cette grande idée, nourri par les nombreuses expérimentations dont il a fait l’objet, pour qu’elle soit l’outil d’une révolution émancipatrice.

Le Mouvement français pour un revenu de base est une association transpartisane qui promeut l’idée d’un revenu de base dans le débat public. Il est aujourd’hui le principal centre d’information et de ressources sur la question.

Cynthia Fleury est philosophe et psychanalyste. Elle est l’autrice de nombreux ouvrages dont Ci gît l’amer, Guérir du ressentiment (Gallimard).

Couverture Agata Frydrych.

Parution : 6 janvier 2022
Genre : essai
14,90 €
288 pages, broché
Format : 12,5 X 19 cm
ISBN : 979-10-97079-95-6

Agora Toxica

La société incivile à l’ère d’internet

Stephanie Lamy

Préface de Michel Duclos

Racistes, sexistes, ennemis de la liberté : une société incivile exploite notre attention pour augmenter son influence politique, dans les médias, sur les réseaux et dans les urnes. Décryptons-les pour mieux protéger notre démocratie.

Il serait dangereux de réduire la désinformation aux fake news et aux flambées de commentaires haineux sur les « réseaux sociaux ». Stephanie Lamy nous incite à nous détacher des leurres pour regarder qui finance, organise et commandite les opérations sémantiques visant à déstabiliser les idées démocratiques et le respect des droits humains.

Trumpistes, identitaires, masculinistes, homophobes, affidés de gouvernements autoritaires… Stephanie Lamy ne se limite pas à remonter au hashtag qui a mis le feu à telle ou telle situation explosive, mais retrace les stratégies de ceux qui veulent prendre le pouvoir dans nos démocraties. Le danger n’est pas que virtuel : des proches du Kremlin sont bien intervenus pour aggraver les tensions au moment de #BlackLiveMatter, ou, plus près de nous, Génération identitaire a réussi à financer un bateau anti-migrants en Méditerranée (opération Defend Europe).

Or cette société «incivile» ressemble à s’y méprendre aux ONG et associations de défense des droits respectées et utilise les mêmes armes. Stephanie Lamy fait dans ce livre le récit de ces opérations qui visent à fragiliser notre paix, elle y explique les techniques de désinformation, les rouages de son économie, et les interactions entre ces groupes souvent ultra-réactionnaires qui n’ont en commun que la haine de nos libertés.

Stephanie Lamy, est chercheuse, spécialiste des guerres de l’information et militante féministe. Elle enquête sur les opérations de désinformations et conseille ceux qui souhaitent s’en prémunir. Elle est cofondatrice de danaides.org, ONG qui développe des outils de mobilisation collective sûrs à destination des civils en zone de conflit.

Michel Duclos est ancien diplomate, conseiller spécial à l’Institut Montaigne, essayiste (La Longue Nuit Syrienne, 2019 ; Le Monde des Nouveaux Autoritaires (direction), 2019 ; La France dans le bouleversement du monde, 2021, aux éditions de l’Observatoire).

Couverture Richard Cousin.

Parution : 20 janvier 2022
Genre : essai
Domaine : Politique, démocratie, droits humains
18,90 €
224 pages, broché, rabats
Format : 14 X 22 cm
ISBN : 979-10-97079-87-1

Demain le bon sexe

Les Femmes, le désir et le consentement

Katherine Angel

Traduit de l’anglais par Caroline Nicolas

Si nous voulons que le sexe soit un plaisir, nous devons réfléchir autrement. Après #MeToo, comment sortir le désir de l’impasse ?

Un consentement libre et éclairé nous permettra demain d’avoir une sexualité épanouie. Vraiment ? Katherine Angel ose poser la question. Pourquoi serait-il encore du ressort des femmes de jouer les douanières de leur sexualité ? Leur désir ne risque t’il pas d’y passer ? Est-ce trop demander que de demander à vivre dans une société qui ne nous menace pas ? L’autrice défend un désir construit dans l’interaction, supposant la possibilité de se montrer vulnérable. Jouir, c’est lâcher prise.

Avec beaucoup d’élégance et d’audace, Katherine Angel élabore une éthique post-#MeToo, pour un monde suffisamment sûr, où le sexe sera bon.

La presse en parle : « Voilà un essai qui fait réfléchir… On sort éclairé de sa lecture, à la prose naturelle et nuancée, nourrie de culture pop et de théories postmodernes. Une plongée vivante et incisive dans la dynamique post #MeToo. »  Publishers Weekly.
« Angel a un but précis : elle veut un monde où chacun soit en sécurité, sans que le désir n’ait à être connu ou organisé à l’avance. » The Guardian.

Katherine Angel, philosophe et historienne de la sexualité, est essayiste et enseignante en creative writing à Birkbeck (University of London).

Parution : 10 février 2022
Genre : essai
20,90 €
264 pages, broché, rabats
Format : 14 X 22 cm
ISBN : 979-10-97079-96-3