À paraître

Collection « Maurice Rajsfus »

Avec l’Association des ami•e•s de Maurice Rajsfus

C’est un homme acharné, il en faudrait des centaines.
Pierre Vidal-Naquet

Pour notre génération, il fut un passeur, l’éclaireur.
David Dufresne

Il met en évidence, avec courage et ténacité, ce qu’impose dans l’histoire et au présent la violence des pouvoirs dominants : le colonialisme, les forces de l’ordre et l’hégémonie de cet ordre établi.
Ludivine Bantigny

Écrivain, journaliste, militant et historien de la répression, Maurice Rajsfus (1928-2020) laisse une œuvre importante. Le 16 juillet 1942, à quatorze ans, il est arrêté par la police française, avec sa sœur et ses parents, lors de la rafle du Vél’ d’Hiv. L’un des deux policiers qui vient les arrêter est un ancien voisin de palier. Les deux enfants sont finalement libérés après une série d’ordres et de contrordres ; ils ne reverront jamais leurs parents.

Maurice Rajsfus n’a cessé, jusqu’à sa mort en juin 2020, de surveiller cette police au passé trop présent, sans remords et sans mémoire. À ses yeux, un fil historique relie la police de Vichy, celle du massacre du métro Charonne en 1962, celle qui mutile les Gilets jaunes, et celle qui tue, parfois, dans les quartiers populaires.

D’abord membre du Parti communiste, dont il est exclu en 1946, puis de la IVe internationale, dans les années 1950, il milite au sein du groupe Socialisme ou Barbarie de Claude Lefort et Cornelius Castoriadis. Il cofonde, en 1990, puis dirige le réseau Ras l’front dans le but de combattre le Front national et ses idées. En 1994, il crée l’Observatoire des libertés publiques, qui tient à jour, dans son bulletin mensuel Que fait la police ?, la collection des violences policières.

Il est l’auteur de plus de 60 livres, dont une vingtaine consacrée à la répression sous toutes ses formes, sur la période de Vichy et de l’Occupation, ainsi que sur Israël et la Palestine. Les Éditions du Détour sont heureuses de rendre à nouveau disponibles ses livres majeurs.

Cette collection s’enrichira en 2022 et 2023 de quatre nouveaux titres par an.

 

La Police de Vichy

Les forces de l’ordre françaises au service de la Gestapo (1940-1944)

Maurice Rajsfus
Préface d’Arié Alimi

Entre 1940 et 1944 plus de 200 000 personnes ont été déportées après leur arrestation par la police française.

Ce livre montre, grâce à des témoignages et de nombreuses pièces d’archives, comment l’appareil policier français s’adapta aux nouvelles conditions dictées par l’Occupation et à la collaboration avec la Gestapo. Comment se comportèrent les policiers, à tous les stades de la hiérarchie durant ces quatre années terribles. Comment, la plupart des membres des forces de l’ordre allèrent, de leur propre chef, bien au-delà des ordres de Vichy, satisfaire les autorités d’Occupation.

« Livrer aux nazis des Juifs immigrés, des communistes, des gaullistes ou des francs-maçons, ne leur semblait pas particulièrement délictueux. Ils contribuaient simplement à “nettoyer” la France et se faisaient sans doute une haute idée de la qualité de leur intervention. »

En septembre et octobre 1944, guère plus de 3 % de ces policiers seront momentanément écartés de la « Grande Maison ».

La première édition de ce livre est parue en 1995.

Rescapé de la rafle du Vél’ d’Hiv à quatorze ans, historien de la répression policière et militant antiautoritaire, Maurice Rajsfus (1928-2020) fut l’auteur de plus de 60 ouvrages, dont, sur la même période et aux éditions du Détour, Des Juifs dans la Collaboration et La Rafle du Vel d’Hiv. Arié Alimi est un avocat pénaliste. Il défend de nombreuses victimes de violences policières et est membre de la Ligue des droits de l’Homme. Il est l’auteur de Le Coup d’état d’urgence. Surveillance, répression et libertés (Le Seuil, 2021).

Parution : 6 mai 2021
Genre : essai
Domaine : Histoire
Livre 21,90 €, ePub 14,99 €
376 pages, noir
Format : 16 x 24 cm, broché, rabats
ISBN : 979-10-97079-73-4

 

 

Des Juifs dans la Collaboration

L’Ugif (1941-1944)

Maurice Rajsfus
Préface de Pierre Vidal-Naquet

De 1941 à 1944 des notables juifs, dans l’espoir de protéger les Juifs français, ont facilité les basses œuvres des nazis et de la police de Vichy.

De 1941 à 1944, certains notables juifs français ont servi la politique de Vichy et ont facilité la politique d’extermination. Ce lourd dossier sur l’Ugif (Union générale des Israélites de France) montre comment ces notables « bienfaisants » participèrent à la mise en place d’une organisation qui permis l’intensification de la répression antijuive.

Au nom de la politique du moindre mal, les dirigeants de l’Ugif ont accepté les lois racistes et appliqué les directives de Vichy. Cette politique dont le but essentiel était d’éviter que la répression ne frappe les Juifs français, permettra, dans un premier temps, d’isoler les Juifs étrangers et de mieux les désigner aux coups des nazis et de la police. Cette attitude ira jusqu’à la collaboration active, pour certains, sans pour autant protéger les principaux dirigeants de cette organisation qui seront, à leur tour, arrêtés et déportés.

Maurice Rajsfus a été le premier à démonter, sources à l’appui, la mécanique infernale de ce Judenrat à la française.

La première édition de ce livre est parue en 1980.

Rescapé de la rafle du Vél’ d’Hiv à quatorze ans, historien de la répression policière
et militant antiautoritaire, Maurice Rajsfus (1928-2020) fut l’auteur de plus de 60 ouvrages, dont, sur la même période et aux éditions du Détour La Police de Vichy et La Rafle du Vél’ d’Hiv. Pierre Vidal-Naquet (1930-2006) fut un historien engagé contre le colonialisme, les totalitarismes et le négationnisme.

Parution : 6 mai 2021
Genre : essai
Domaine : Histoire
Livre 24,90 €, ePub 16,99 €
488 pages, noir
Format : 16 x 24 cm, broché, rabats
ISBN : 979-10-97079-75-8

 

La Rafle du Vél’ d’Hiv

Maurice Rajsfus

16-17 juillet 1942, 7 000 policiers français raflent 13 152 Juifs : hommes, femmes et enfants (plus de 4 000). Ils sont enfermés au Vélodrome d’hivers ou à Drancy, avant d’être déportés.

La grande rafle des 16 et 17 juillet 1942 (dite rafle du Vél’ d’Hiv) n’a été ni la première ni la dernière de ces opérations raciales conduites par la police française. Ce fut néanmoins la plus importante, la plus emblématique de ces actions répressives. Il y a d’abord le nombre des personnes arrêtées (13 152) ; le fait aussi que, pour la première fois, des femmes et des enfants étaient concernés.

Pourtant, du 14 mai 1941 à la fin du printemps 1944, les rafles ont été nombreuses, sans pour autant laisser le même souvenir. Cette opération, entièrement conduite par la police française, laisse une trace indélébile, car elle fut surtout la démonstration du pouvoir de nuisance d’un corps de fonctionnaires ayant perdu tous ses repères.
L’analyse de ce sombre épisode a pour fonction d’alerter les citoyens d’un pays libre sur les dérives d’un pouvoir fort.

La première édition de ce livre est parue en 2002.

Rescapé de la rafle du Vél’ d’Hiv à quatorze ans, historien de la répression policière et militant antiautoritaire, Maurice Rajsfus (1928-2020) fut l’auteur de plus de 60 ouvrages, dont, sur la même période et aux éditions du Détour, Des Juifs dans la collaboration et La Police de Vichy.

Parution : 10 juin 2021
Genre : essai
Domaine : Histoire
Livre 10,90 €, ePub 7,99 €
160 pages, noir
Format : 12,50 x 19 cm, broché, rabats
ISBN : 979-10-97079-77-2

 

1953, un 14 juillet sanglant

Maurice Rajsfus
Préface de Ludivine Bantigny
Postface de Jean-Luc Einaudi

Le 14 juillet 1953, lors d’une manifestation syndicale, la police assassine froidement six travailleurs algériens et un syndicaliste français, place de la Nation, à Paris. Alors que résonne pour la première fois le slogan « nous voulons l’indépendance ! ».

Ce livre constitue la première enquête sur ce crime d’État. Il s’efforce de reconstituer minutieusement le déroulement des événements qui ont abouti à la mort par balles de six jeunes ouvriers algériens et d’un métallurgiste français, syndicaliste CGT, à l’issue du traditionnel défilé populaire du 14 juillet.

Maurice Rajsfus s’appuie sur un vaste corpus de sources, qui comprend les récits de témoins, de journalistes, d’hommes politiques ou d’interventions au Parlement. Sur fond de racisme d’État, il pointe aussi la responsabilité d’un des acteurs de cette funeste journée qui deviendra, quelques années plus tard, le donneur d’ordre principal des massacres du 17 octobre 1961 et du 8 février 1962, au métro Charonne : Maurice Papon, alors secrétaire général de la Préfecture de police.

La première édition de ce livre est parue en 2003.

Rescapé de la rafle du Vél’ d’Hiv à quatorze ans, historien de la répression policière et militant antiautoritaire, Maurice Rajsfus (1928-2020) fut l’auteur de plus de 60 ouvrages, dont, aux éditions du Détour, La Police de Vichy, La Rafle du Vél’ d’Hiv et Des Juifs dans la Collaboration. Ludivine Bantigny est historienne, maîtresse de conférences à l’université de Rouen. Elle travaille sur l’histoire des mouvements sociaux et des engagements politiques. Elle est notamment l’autrice de 1968. De grands soirs en petits matins (Le Seuil, 1918). Jean-Luc Einaudi (1951-2014), historien et militant, fut celui par qui le massacre des Algériens par la police française du 17 octobre 1961 fut porté à la connaissance du grand public.

Parution : 10 juin 2021
Genre : essai
Domaine : Histoire
Livre 18,90 €, ePub 12,99 €
256 pages, noir
Format : 14 x 22 cm, broché, rabats
ISBN : 979-10-97079-71-0

 


 

Une histoire de France en crampons

François da Rocha Carneiro

Depuis 1904 et le premier match de l’équipe de France, l’histoire du pays et de son équipe de football se croisent et dialoguent. Ce livre en est le récit enlevé.

Tant de victoires « historiques », tant de défaites « mémorables » rythment les souvenirs collectifs de la France depuis 1904. Et si les matchs de l’équipe de France de football écrivaient, à leur façon, une histoire du pays ? Par les joueurs qui en portent le maillot, par les adversaires auxquels elle est opposée, par les enjeux sportifs qu’elles portent, les rencontres de la sélection sont riches d’informations à qui s’intéresse à la nation dont elle porte le nom.

Si elles permettent de retracer les grandes heures du football français et de comprendre l’évolution de ce sport populaire, elles disent aussi beaucoup du rêve échoué de puissance, de l’affirmation impériale à la quête périlleuse de l’identité nationale. Elles sont aussi la marque du temps, des guerres comme des relations internationales. Depuis le début du XXe siècle, ces matchs disent comment la France se voit, se vit et, souvent, s’interroge. Lorsque l’équipe de France entre sur le terrain, c’est un peu de l’histoire d’un pays qui se présente.

Docteur en histoire contemporaine, François da Rocha Carneiro est spécialiste de l’équipe de France de football, dont il étudie les matchs et les joueurs depuis sa création en 1904. Il est l’auteur d’une thèse intitulée Les Joueurs de l’équipe de France de football, construction d’une élite sportive, 1904-2012. Il a publié aux éditions du Détour Les Bleus et la Coupe — De Kopa à Mbappé (2020).

Parution : 26 Août 2021
Genre : essai
Domaine : Histoire — Sport
Livre 18,90 €, ePub 13,99 €
224 pages, noir
Format : 14 X 22 cm, broché, rabats
ISBN : 979-10-97079-68-0