À paraître

Inconditionnel

Anthologie du revenu universel

Michel Lepesant & Baptiste Mylondo

En la remettant en perspective, les auteurs retracent l’évolution politique et intellectuelle du revenu inconditionnel, idée aux multiples facettes, aujourd’hui sur le devant de la scène démocratique.

La première partie de cette anthologie, historique, présente le travail théorique des More, Fourier, Kropotkine ou Russel, autant d’utopistes qui ont vu dans cette idée de revenu inconditionnel une mesure de bon sens. La deuxième partie retrace les différentes justifications avancées à l’appui du revenu inconditionnel, des auteurs libéraux comme Locke ou Friedman, jusqu’aux approches fondées sur une autre idée de la coopération et de la société (Aristote, Flahault), en passant par le célèbre article de Philippe van Parijs «Pourquoi il faut nourrir les surfers», inédit en français. La troisième partie prolonge la réflexion au-delà du simple revenu inconditionnel en se penchant sur la problématique plus large des inégalités, à partir de textes de Platon, Rousseau, Montesquieu, et d’auteurs contemporains tels Gorz et Caillé, plaidant pour un revenu suffisant, mais aussi pour l’introduction d’un plafond de richesse.

Les auteurs Baptiste Mylondo est enseignant en économie et en philosophe critique. Il est également auteur de nombreux ouvrages consacrés au revenu inconditionnel, à la critique de la «valeur travail» et de la société de croissance.
Michel Lepesant est enseignant en philosophie et (p)artisan de la décroissance. Critique, il s’est beaucoup investi dans les expérimentations de monnaies locales et anime un blog sur la décroissance : http://decroissances.blog.lemonde.fr
Préface du MFRB (Mouvement français pour le revenu de base).

Parution : 15/03/2018
Livre : 19 €
256 pages
Format : 14 X 22 cm
ISBN : 979-10-97079-32-1
Epub : 16 €

L’Impossible Consentement

L’Affaire Joséphine Hugues

Nicole Edelman

En juillet 1865, Timothée Castellan, ancien bouchonnier, est condamné à 12 ans de bagne pour avoir violé sous magnétisme Joséphine Hugues, journalière de 26 ans. Lors de ce procès, des médecins-experts valident l’existence de l’hypnose, jusqu’alors niée par les académies médicales, transformant Joséphine Hugues en cas de référence pendant de longues années. Nicole Edelman questionne les archives de l’affaire et l’histoire du Var : pourquoi valider, à ce moment, l’efficacité de l’hypnose ? Pourquoi fallait-il que Joséphine soit lavée de tout soupçon de consentement, privée de désir propre ? Pourquoi maires, médecins et juges ont-ils pesé de tout leur poids pour condamner Castellan à une peine aussi lourde, si rare en cas de viol ?

Nicole Edelman analyse cette affaire sous l’angle des rapports de domination à la fois sociale, médicale et politique, et elle met au jour avec brio les multiples enserrements dans lesquels sont pris Timothée Castellan et bien plus encore Joséphine Hugues. Et les échos de cette affaire résonnent encore, ainsi dans l’adaptation récente que le cinéaste Benoît Jacquot en a faite.

L’auteure : Nicole Edelman est maîtresse de conférences honoraire en histoire contemporaine de l’université de Paris Ouest-Nanterre. Ses travaux portent sur les domaines laissés aux marges par les pouvoirs politiques, scientifiques ou religieux.

Parution : 15/03/2018
Livre : 19 €
192 pages
Format : 14 X 22 cm
ISBN : 979-10-97079-34-5
Epub : 15,20 €

Le Refus du travail

Théorie et pratique de la résistance au travail

David Frayne

David Frayne trace d’abord une limpide théorie historique du travail, convoquant Calvin, les grands utopistes, Marx, Keynes et de nombreux autres jusqu’à André Gorz. Son but est de mettre en évidence la construction progressive du travail comme alpha et omega de notre insertion dans la société, et la « provocation » que constitue, de fait, l’idée de défendre une autre vision du bonheur. L’aliénation du travail contraint, les souffrances psychiques ou physiques, ne sont que quelques-unes de facettes de l’envahissement irrépressible de notre liberté par de soit-disant besoins économiques.

Mais il serait simple de refuser une telle contrainte si le travail ne jouait pas aussi le rôle d’une forteresse pour ceux qui s’y plient, protection autoproclamée contre le chômage et son stigmate, promettant inclusion sociale et bonne santé. David Frayne a enquêté auprès de personnes qui ont renoncé à chercher du travail : quel a été le moment de bascule, comment vivre en étant considéré comme incomplet ou inutile, quelles nouvelles perspectives s’ouvrent ? Il s’interroge : ces parcours ne contiennent-ils pas le ferment d’une alternative politique, donnant des armes pour imaginer une forme plus robuste et plus authentique de liberté ?

L’auteur David Frayne est sociologue et enseigne à l’université de Cardiff (Grande-Bretagne). Le Refus du travail est son premier livre. Traduction Baptiste Mylondo, il enseigne la philosophie et l’économie à Lyon.

Parution : 15/03/2018
Livre : 22 €
305 pages
Format : 14 X 22 cm
ISBN : 979-10-97079-35-2
Epub : 18,40 €

L’État détricoté

De la Résistance à la République en marche

Michel Margairaz & Danielle Tartakowsky

Que signifie l’accession au pouvoir de LREM ? Un pouvoir concentré entre quelques mains, le refus de l’interventionisme, des députés godillots… Michel Margairaz et Danielle Tartakowsky analysent comment, depuis le Conseil national de la Résistance et son programme, plusieurs visions de l’État s’affrontent, et comment celle d’un État réduit, peu-à-peu, à son minimum s’est progressivement imposée, incarné aujourd’hui par LREM.

On analyse ici l’évolution des institutions, des acteurs et des pratiques de l’État en France depuis 1944, particulièrement à travers les politiques publiques, en trois périodes. Celle où les grandes réformes issues du programme du CNR de mars 1944 (Plan, nationalisations, Sécurité sociale, service public, système de crédit administré…) placent durablement l’État au cœur du développement de l’économie et de la société. Cette période se poursuit, non sans tension ni opposition, dans les années (1968-1982) qui s’inscrivent dans l’une des postérités de mai 1968, celle de de la régulation collective administrée par l’État, alors hégémonique, des gaulistes au PC, de l’économie et de la société, quels que soit les partis au pouvoir. Une troisième période, de 1982 à nos jours, voit, selon des temporalités différenciées, les fonctions de l’État se déliter, suivant un enchainement complexe dans l’effacement successif de ses prérogatives, jusqu’à LREM, ultime avatar.

Les auteurs Michel Margairaz est professeur d’histoire économique contemporaine à l’université Paris I-Panthéon Sorbonne. Danielle Tartakowsky est spécialiste de l’histoire sociale et politique de la France du XXe siècle, et plus spécifiquement de l’histoire des mouvements sociaux. Elle est professeure honoraire de l’université Paris 8.

Parution : 12/04/2018
Livre : 19,00 €
192 pages
Format : 14 X 22 cm
ISBN : 979-10-97079-33-8
Epub : 15,20 €