À paraître

Pas de plastique dans nos assiettes !

Des perturbateurs endocriniens à la cantine

Association Cantine sans plastique France

Préface de Ana Soto et Jane Muncke

« Cocktail toxique », « bombe à retardement  ». Les scientifiques dénoncent le danger des perturbateurs endocriniens contenus dans les pesticides et les plastiques. Pourtant ils sont aujourd’hui massivement employés dans les cantines de nos écoles.

Normes sanitaires et réduction des coûts ont poussé à une préparation des plats standardisée, avec un usage intensif de contenants jetables : sacs de cuisson en plastique, barquettes en plastique jetable et vaisselle plastique sont devenus la règle. Avons-nous conscience que nos enfants, dans les cantines, sont exposés cinq fois par semaine pendant des années à des substances potentiellement toxiques ? À quoi bon manger bio si, à l’âge où ils sont les plus vulnérables, on cuit et ils consomment leurs aliments dans du plastique ?

Des parents d’élèves mènent l’enquête et nous expliquent les risques sanitaires et les mesures concrètes à prendre pour protéger nos enfants, dans les cantines de nos crèches, écoles, collèges et lycées. Cette approche globale inclue une réflexion écologique (sortir du tout jetable), sociale (améliorer la santé environnementale au travail), et nutritionnelle (lutter contre la malbouffe).
Ce livre est aussi l’histoire d’une lutte qui commence à peine, pour que le principe de précaution s’applique partout, et surtout là où il prend tout son sens : la protection de la santé de nos enfants.

Lanceuse d’alerte, composée de citoyens engagés pour la santé et la protection de l’environnement, l’association Cantine sans plastique France réunit les collectifs mobilisés autour du plastique à la cantine, avec le soutien des parents d’élèves et des fédérations de parents d’élèves. Créée en février 2018, elle informe, sensibilise et agit sur les usages des plastiques à la cantine. Ana Soto est professeure de biologie moléculaire à l’université Tufts (Boston), elle est à l’origine de la découverte des liens entre cancer et perturbateurs endocriniens, notamment le Bisphénol A, permettant l’interdiction de ce dernier dans les contenants alimentaires. Jane Muncke est directrice générale et directrice scientifique de la fondation Food Packaging Forum.

Parution : 6 septembre 2018
Livre : 17,00 €
192 pages
Format : 14 X 22 cm
ISBN : 979-10-97079-37-6
Epub : 15,20 €

L’État détricoté

De la Résistance à la République en marche

Michel Margairaz & Danielle Tartakowsky

Que signifie l’accession au pouvoir de LREM ? Un pouvoir concentré entre quelques mains, le refus de l’interventionisme, des députés godillots… Michel Margairaz et Danielle Tartakowsky analysent comment, depuis le Conseil national de la Résistance et son programme, plusieurs visions de l’État s’affrontent, et comment celle d’un État réduit, peu-à-peu, à son minimum s’est progressivement imposée, incarné aujourd’hui par LREM.

On analyse ici l’évolution des institutions, des acteurs et des pratiques de l’État en France depuis 1944, particulièrement à travers les politiques publiques, en trois périodes. Celle où les grandes réformes issues du programme du CNR de mars 1944 (Plan, nationalisations, Sécurité sociale, service public, système de crédit administré…) placent durablement l’État au cœur du développement de l’économie et de la société. Cette période se poursuit, non sans tension ni opposition, dans les années (1968-1982) qui s’inscrivent dans l’une des postérités de mai 1968, celle de de la régulation collective administrée par l’État, alors hégémonique, des gaulistes au PC, de l’économie et de la société, quels que soit les partis au pouvoir. Une troisième période, de 1982 à nos jours, voit, selon des temporalités différenciées, les fonctions de l’État se déliter, suivant un enchainement complexe dans l’effacement successif de ses prérogatives, jusqu’à LREM, ultime avatar.

Michel Margairaz est professeur d’histoire économique contemporaine à l’université Paris I-Panthéon Sorbonne. Danielle Tartakowsky est spécialiste de l’histoire sociale et politique de la France du XXe siècle, et plus spécifiquement de l’histoire des mouvements sociaux. Elle est professeure honoraire de l’université Paris-8.

Parution : 6 septembre 2018
Livre : 19,50 €
224 pages
Format : 14 X 22 cm
ISBN : 979-10-97079-33-8
Epub : 15,20 €

De la Catastrophe

L’Homme en question du Déluge à Fukushima

Sous la direction de Michèle Riot-Sarcey

Une catastrophe, un penseur et quelques pages de récit et d’analyse à
hauteur d’homme, pour se remémorer l’impact de ces basculements inouïs et en nourrir notre rapport au monde, alors que nous nous sentons impuissants face à des drames dont nous sommes souvent les moteurs.

Livre pessimiste ? En apparence seulement. De la Catastrophe rassemble un concentré synthétique des événements inouïs qu’ont dû vivre et subir les contemporains, du mythe du Déluge à la réalité de Fukushima.

L’humanité n’a cessé devoir affronter les excès du temps, de la peste noire au tremblement de terre de Lisbonne, mais cette même humanité à largement participé à sa propre destruction, de la prise de Constantinople à Fukushima. C’est pourquoi il a semblé utile de penser l’ensemble de ces adversités afin de mettre au jour, à l’aide de théoriciens critiques, la part humaine de ce qui fût considéré comme un dérèglement naturel ou une punition divine. Les deux guerres mondiales sont un exemple édifiant de l’autodestruction de l’humanité, il en est de même du devenir inéluctable de la catastrophe écologique à défaut d’une prise de conscience lucide de nos contemporains.

Michèle Riot-Sarcey est professeure émérite d’histoire contemporaine de l’université Paris-8, elle a publié de nombreux ouvrages d’histoire du politique, du genre et sur l’utopie au XIXe siècle. Elle est l’auteure, entre autres, du Procès de la liberté (La Découverte, 2016), qui a obtenu le prix Pétrarque de l’essai Le Monde/France Culture.

Sommaire
Introduction, Michèle Riot-Sarcey
Le Déluge, Pierre-Antoine Fabre
1204, la prise et le sac de Constantinople, Michel Kaplan
La Grande Peste de 1347, Marilyn Nicoud
Signes apocalyptiques, Florence 1500 et Naples 1631, Gwladys Le Cuff et Karen Dutrech
La conquête de l’Amérique, utopie et catastrophe, Alejandro Madrid Zan
Lisbonne, 1755, les philosophes et la catastrophe, Paola Giacomoni
Traite et esclavage en Sénégambie, le marché d’esclaves de Marsassoum, Djiguatte Amédé Bassène
Stigmates et mémoires de l’esclavage en Afrique de l’Ouest, Ibrahima Thioub
La Grande Guerre ou la révolution de la violence, Jay Winter
La requalification du progrès en catastrophe, Christophe David
Traces psychiques, mémoires cryptées et catastrophes historiques, Eva Weil
L’effondrement, la catastrophe et la rédemption, réflexion sur la crise écologique, Paul Guillibert
Fukushima ou la banalisation de la catastrophe nucléaire, Jean-Paul Deléage
Conclusion, Michèle Riot-Sarcey

Parution : 13 septembre 2018
Livre : 22,00 €
304 pages
Format : 14 X 22 cm
ISBN : 979-10-97079-36-9
Epub : 17,50 €

Histoire de la Commune de 1871

Prosper-Olivier Lissagaray

Préface de Jacques Rougerie

18 mars-28 mai 1871, les 72 jours d’un soulèvement populaire inédit s’achèvent par une boucherie et la déportation de milliers de communards. Pourtant, cet évènement a marqué, et marque encore, l’imaginaire politique et social, en France et partout dans le monde. Ce livre est le récit le plus célèbre de ces jours d’espoirs et de luttes, par l’un des protagonistes.

Prosper-Olivier Lissagaray (1838-1901), journaliste socialiste-républicain, rallie la Commune dès le premier jour. Après la défaite des insurgés, il réussit à s’enfuir. Exilé à Bruxelles puis à Londres, il commence une contre-enquête à la campagne de publications versaillaises avec l’objectif de rétablir les faits, vrais et vérifiés. La première édition du livre parait en 1876.
Ce livre est la réédition de la deuxième édition française du texte, en 1896, au moment où l’auteur, rentré en France après l’amnistie de 1880, reprend l’ensemble du dossier avec l’ambition d’être le plus exact possible : « le vainqueur guettera la moindre inexactitude pour nier tout le reste. »
C’est le plus beau témoignage, par l’un de ses défenseurs, de ce qu’a pu être la Commune de Paris, à la fois revendication sociale et expérimentation politique. « Lissa » restitue, dans une langue vive et accessible, l’histoire, au jour le jour, de la plus importante tentative de libération politique du XIXe siècle.

Historien, Jacques Rougerie est spécialiste de la Commune de Paris, il en a renouvelé l’histoire en profondeur. Il a publié de nombreux ouvrages sur le sujet : La Commune et les Communards, Folio, rééd. 2018, Paris libre 1871, rééd. Point 2014, Paris insurgé : la Commune de 1871, Découvertes Gallimard, rééd. 2012, La commune de 1871, « Que sais-je ? », Puf, rééd. 2014.

Parution : octobre 2018
Livre : 26 €
544 pages
Format : 16 X 24 cm
ISBN : 979-10-97079-38-3
Epub : 20 €